Menu

Publié le 20 juillet 2020

Portrait #7 – Sandrine et Julie

Parce que nous ne pouvons pas fêter ensemble les 25 ans d’Art Sonic cette année, nous souhaitions vous présenter l’organisation du festival à travers le portrait de différents acteurs. Embarquez dans les coulisses et rencontrez au fil des jours ces inconnus du grand public sans qui le festival ne serait rien !

 

Sandrine Excellent – Responsable backstage artistes

Julie Carjuzââ – Responsable bar artistes

 

Depuis quand es-tu sur le festival et quelles sont tes missions ?

Au fur et à mesure des années, le backstage a terriblement évolué, j’ai beaucoup appris à ses côtés. Depuis je n’ai jamais bougé de poste.

Sandrine : Je suis bénévole depuis 1999. C’est mon ami Jacques (président de l’époque) qui m’a mise au stand des sandwichs. L’année d’après, j’étais à la buvette. Servir des bières avec les copines c’était sympa aussi, mais ce fut de courte durée. En effet, un certain Pato est arrivé pour boire un verre (bizarre…) et là, il hurle sur moi en me disant : « Toi, la p’tite, qu’est ce que tu fais là ? » Et moi « bah, j’tire des bières ! » Il regarde les gars en disant « Tu viens avec moi, point ! J’ai besoin de serveuses en backstage ! » Il était mon voisin à l’époque, il habitait juste à coté du restaurant de mes parents. Avant de devenir notre président, il était responsable du backstage et des cuisines.

On n’avait pas les moyens actuels, mais que c’était bon ! Il était très organisé et les fins de soirée étaient terribles ! Au fur et à mesure des années, le backstage a terriblement évolué, j’ai beaucoup appris à ses côtés. Depuis je n’ai jamais bougé de poste. Maintenant, c’est une grosse machine, et je suis très heureuse d’avoir évolué avec elle. Je suis bien dans mes converses et avec mes potes !

Julie : Je n’ai pas toujours été bénévole. En fait, je viens tous les ans depuis que j’ai rencontré Xavier, le chargé de communication / coordination de l’association en 2008 (et qui deviendra mon mari en 2016 tellement il est parfait). Je filais des coups de main, à droite à gauche, et puis un jour j’ai dit à Xavier que je voulais faire plus.

Tout est pensé pour que les artistes puissent se détendre avant de monter sur scène, se retrouver, se rencontrer, parfois faire une jam session ou discuter de futur projets communs.

J’ai donc démarré au bar artistes communément appelé « la paillote ». La paillote c’est le centre de l’espace des loges artistes, il est entouré par des caravanes airstream ou des bungalows en fonction des années. Le site est complètement nu, il faut l’aménager entièrement. Tout est pensé pour que les artistes puissent se détendre avant de monter sur scène, se retrouver, se rencontrer, parfois faire une jam session ou discuter de futur projets communs. Les loges sont collées à l’espace presse du festival, ce qui est plutôt pratique. Les terrasses où sont organisés les plateaux radios en direct du festival sont par exemple à 10m du bar, les artistes n’ont aucune pression et ça donne des interviews souvent mémorables. C’est une des particularité d’Art Sonic, on s’y sent comme à la maison même dans les loges !

Quelques éditions plus tard, je suis devenue responsable de l’équipe paillote. Je constitue une équipe en amont du festival. C’est la même depuis plusieurs années : Chloé, Laurent, Léa, Matthias et moi. On se connaît bien et cela permet de tourner pour que chacun puisse aller voir un bout de concert ou faire un tour sur le site.

Vous avez des raquettes de tennis ?

La paillote est ouverte dès 10h du matin pour accueillir les premiers Tourbus et nous fermons en même temps que le site où jusqu’à ce que le dernier artiste soit parti. Parfois ça peut trainer un peu ! En complément de l’équipe loge, nous assurons aussi le mise en place des loges et nous sommes disponibles pour répondre aux questions des artistes et de leurs équipes : où sont les douches ? Besoin d’un service pressing ou d’un fer à repasser ? Vous avez des raquettes de tennis ? C’est quoi le code du wifi ?

Quelques petites heures de sommeil plus tard, on est de retour sur site et on recommence.

En début de soirée à l’heure où les artistes ont terminé les balances, la paillote propose un apéro très apprécié à base de saucisses, merguez et brochettes de légumes grillés (merci Lolo!), d’une sélection de fromage AOP de la région (merci Charlie Charlot et la maison Gillot) et d’un punch maison. Ce moment est vraiment sympa et tout le monde est au rendez-vous. Puis les concerts démarrent et le bar de la paillotte continue de servir et de s’occuper des artistes de façon plus classique.

Avant de « fermer », on vide et on nettoie les loges pour que tout soit prêt dès le lendemain matin. Quelques petites heures de sommeil plus tard, on est de retour sur site et on recommence.

As tu un souvenir particulier, un concert, une anecdote sur le festival ?

J’ai le souvenir de la venue d’IAM en 2013.  Je me souviens de l’immense fierté des équipes de recevoir ce groupe mythique à Briouze.

Sandrine : Il y en a tellement ! Ce festival pour moi, c’est surtout une belle histoire de famille.

Julie : Des anecdotes, j’en ai pas mal, liées aux artistes, à la météo aussi mais je garde un très chouette souvenir de la venue d’IAM en 2013.  Je me souviens de l’immense fierté des équipes de recevoir ce groupe mythique à Briouze, leur live incroyable, la couverture et la double page culture dans le Libération du lendemain, et surtout de leur gentillesse et de leur disponibilité pour les photos et les autographes demandés par les bénévoles de toutes générations après leur concert.

Loewen / S. Dufresne / Nico M


Since 1996

Pro - Presse - Partenaires - mentions légales - confidentialité - © La Confiserie