Menu

Publié le 15 juillet 2020

Portrait #3 – Robert et Guillaume

Parce que nous ne pouvons pas fêter ensemble les 25 ans d’Art Sonic cette année, nous souhaitions vous présenter l’organisation du festival à travers le portrait de différents acteurs. Embarquez dans les coulisses et rencontrez au fil des jours ces inconnus du grand public sans qui le festival ne serait rien !

 

Robert Lechevalier – Régisseur Sonic Stage

Guillaume Bordier – Régisseur Art Stage

 

Depuis quand es-tu sur le festival et quelles sont tes missions ?

Robert : Je suis bénévole depuis 1998. Les deux premières années j’étais à la restauration. Puis je suis devenu membre du bureau à partie de 2000 et ce jusqu’en 2010. De 2000 à 2006 j’étais responsable de la billetterie et de 2007 à 2010 j’étais responsable logistique. Ensuite j’ai quitté le conseil d’administration, et depuis 2011 je suis régisseur de la Sonic Stage.

Guillaume : Moi je suis relativement «neuf» sur le festival. Je suis arrivé en 2017 mais humainement, c’est comme si j’étais là depuis 20 ans. J’ai en charge la régie de l’Art Stage, en gros je fais le lien entre l’équipe technique des artistes et celle du festival. Quelques semaines avant je fais le point avec les groupes sur les horaires et leurs besoins. J’arrive sur le site à J-2 pour prendre possession des lieux que les copains de la scène ont commencé à monter quelques jours plus tôt, l’équipe lumière arrive en même temps, et le lendemain c’est au tour du son.

 

Tout ce petit monde est comme une petite famille, on se connait pour la plupart depuis longtemps et Art Sonic est l’occasion de se retrouver.

Et il y a surtout bien évidemment toute ma magnifique équipe de bénévoles. Sans eux, rien n’est possible. Pendant ces 5 jours tout ce petit monde est comme une petite famille, on se connait pour la plupart depuis longtemps et Art Sonic est l’occasion de se retrouver, on essaie de retransmettre cette esprit famille aux gens qu’on accueille, c’est quelque chose d’important pour moi.

As tu un souvenir particulier, un concert, une anecdote sur le festival ?

Guillaume : Je me rappelle ma première édition, le groupe qui ouvrait le samedi c’était les Noface. La chanteuse et le sonorisateur du groupe se sont retrouvés pris dans les grèves de train. Ils sont arrivés à la gare, au moment où le concert commençait, on a dépêché un quad pour les ramener le plus vite possible. On a lancé le concert à l’heure sans eux et la chanteuse l’a rejoint directement à la descente du véhicule… Show must go on !

Robert : En 2018 pour terminer leur concert le groupe de Mat Bastard décide de s’installer au milieu du public. On leur donne la main pour déplacer la batterie et le reste du backline. Le public nous laisse une petite place. Avec les roads et la sécu on fait la petite barrière de sécurité mais dès le démarrage du morceau le public se jette sur nous et ça devient un gros bordel. Les instruments bougent avec le public, les musiciens n’arrivent plus a jouer…Ça fini en grand n’importe quoi a tel point que je me suis retrouvé à faire le kick de la grosse caisse !

Loewen / S. Dufresne


Since 1996

Pro - Presse - Partenaires - mentions légales - confidentialité - © La Confiserie